Berliner TageBlatt - La désinformation sur les vaccins pousse des internautes à rechercher du "sang pur"

Börse
Goldpreis -2.83% 1877.7 $
Euro STOXX 50 0.4% 4257.98
DAX -0.21% 15476.43
TecDAX 0.08% 3338.57
MDAX -0.1% 29778.59
SDAX -0.04% 13494.83
EUR/USD -1.05% 1.0798 $
La désinformation sur les vaccins pousse des internautes à rechercher du "sang pur"
La désinformation sur les vaccins pousse des internautes à rechercher du "sang pur" / Foto: © AFP

La désinformation sur les vaccins pousse des internautes à rechercher du "sang pur"

Un couple anti-vaccin refusant une transfusion pour une opération vitale par crainte d'une contamination, une organisation mettant en contact des donneurs non-vaccinés: la désinformation sur le Covid-19 a donné naissance à un mouvement dit "du sang pur".

Textgröße:

Le mouvement diffuse des théories du complot selon lesquelles recevoir des transfusions de personnes vaccinées contre le Covid "contamine" le sang.

Ces théories ne reposent pourtant sur "aucune preuve scientifique", déclare à l'AFP Katrine Wallace, épidémiologiste de l'université de l'Illinois à Chicago.

"Si vous donnez le sang d'une personne vaccinée à quelqu'un qui ne l'est pas, la personne recevant la transfusion ne devient pas vaccinée."

Cela n'empêche pas des internautes de se prononcer pour la création de banques du sang dédiées aux personnes n'ayant pas reçu d'injection, une demande aussi reçue par des médecins en Amérique du Nord.

Récemment, un couple néo-zélandais s'est opposé à une opération chirurgicale destinée à sauver la vie de leur bébé, de peur qu'il ne reçoive du sang provenant d'un donneur vacciné.

Un tribunal leur a retiré temporairement la garde de l'enfant pour permettre la procédure, mais l'affaire est devenue emblématique pour les militants anti-vaccins.

Ces cas "se répandent comme une traînée de poudre" sur internet, "attirant l'attention sur les théories du complot anti-vaccins", explique Katrine Wallace.

Dans des groupes privés sur les réseaux sociaux, les défenseurs de ce "sang pur" appellent à la violence contre les soignants qui vaccinent -- tout en affirmant, à tort, que les personnes immunisées meurent en masse.

Des images publiées sur l'un de ces groupes montrent par exemple une infirmière tenant une seringue au milieu d'un champ parsemé de crânes, a constaté un journaliste de l'AFP l'ayant infiltré.

- "Rentable" -

Une organisation basée à Zurich (Suisse), Safe Blood Donation, cherche même à mettre en relation donneurs et receveurs non-vaccinés.

L'association, fondée par un naturopathe suisse, George Della Pietra, promet sur son site d'obtenir du sang pour ses clients. Elle dit être présente en Europe de l'Ouest, en Amérique du Nord, en Afrique et en Asie.

"Beaucoup de scientifiques et de médecins ont de nombreuses inquiétudes concernant les vaccins anti-Covid, et sont aussi convaincus qu'ils entrent dans le corps par le sang, de façon détournée, pourrait-on dire, et y restent", assure à l'AFP un responsable de Safe Blood Donation, Clinton Ohlers.

Une affirmation diamétralement opposée aux connaissances scientifiques.

"Les dons de sang de personnes vaccinées contre le Covid-19 sont sûrs pour les transfusions", rappelle Jessa Merrill, de la Croix-Rouge américaine.

Les composants du vaccin "ne se retrouvent pas dans le système sanguin", ajoute-t-elle.

Les membres de Safe Blood Donation doivent payer des frais d'entrée de 50 euros, puis un abonnement annuel de 20 euros, selon son site.

"Le mouvement du +sang sûr+ est basé à 100% sur la désinformation sur les vaccins", juge l'épidémiologiste Katrine Wallace. "Et en appeler aux peurs des gens est malheureusement rentable."

- "Prochain Bitcoin" -

La recherche d'une soi-disant "pureté" ne se limite pas au sang.

Sur les réseaux sociaux, des publications visent à trouver du lait maternel de personnes non-vaccinées, ou même du sperme -- le "prochain Bitcoin", prédisent des complotistes.

Il est difficile d'estimer le nombre de personnes cherchant du sang "non-vacciné", mais, selon des experts, en trouver constituerait de toute façon un défi dans les pays où le taux de vaccination est haut.

Aux Etats-Unis, où plus de 80% de la population a reçu au moins une dose, les autorités sanitaires expliquent ne pas demander aux donneurs de voir leur statut vaccinal testé.

Les hôpitaux ne peuvent pas communiquer cette information aux patients, s'agissant de don du sang.

burs-ac/led/vgr/lpa

O.Bulka--BTB