Berliner TageBlatt - Pérou: la présidente Dina Boluarte exclut de démissionner

Börse
Goldpreis -2.7% 1865.9 $
MDAX -0.1% 29778.59
DAX -0.21% 15476.43
Euro STOXX 50 0.4% 4257.98
TecDAX 0.08% 3338.57
SDAX -0.04% 13494.83
EUR/USD -1.05% 1.0798 $
Pérou: la présidente Dina Boluarte exclut de démissionner
Pérou: la présidente Dina Boluarte exclut de démissionner / Foto: © AFP

Pérou: la présidente Dina Boluarte exclut de démissionner

La présidente du Pérou Dina Boluarte, dont le pays est en proie à des manifestations qui ont fait au moins 42 morts en cinq semaines, a exclu vendredi de démissionner comme l'exigent les protestataires.

Textgröße:

"Certaines voix provenant des partisans de la violence et des radicaux demandent ma démission, incitant la population au chaos, au désordre et aux destructions. A eux je leur dis de façon responsable: je ne vais pas démissionner, mon engagement est avec le Pérou", a affirmé Mme Boluarte dans un message à la nation diffusé par la télévision d'Etat.

Trois membres du gouvernement de Mme Boluarte ont démissionné en deux jours: le ministre du Travail Eduardo Garcia, en désaccord avec la gestion des manifestations par le gouvernement, celui de l'Intérieur Victor Rojas, et la ministre de la Femme et des Populations vulnérables Grecia Rojas.

Depuis le début de la crise, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont fait au moins 42 morts, dont un policier brûlé vif par la foule, selon le Défenseur du peuple (ombudsman).

Les protestations ont éclaté après la destitution et l'arrestation le 7 décembre du président de gauche Pedro Castillo, accusé d'avoir tenté de perpétrer un coup d'Etat en voulant dissoudre le Parlement qui s'apprêtait à le chasser du pouvoir.

Mme Boluarte, qui était la vice-présidente de M. Castillo, lui a succédé conformément à la Constitution. Mais les manifestants, qui voient en elle une "traîtresse", exigent son départ ainsi que des élections anticipées immédiates.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), qui a achevé vendredi une mission d'inspection au Pérou, a requis une enquête impartiale sur la répression des manifestations par le pouvoir, estimant que des indices pointaient vers un "usage excessif de la force".

Le parquet péruvien a pour sa part ouvert une enquête pour "génocide" contre Mme Boluarte et plusieurs autres hauts responsables.

C.Meier--BTB