Berliner TageBlatt - Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu

Börse
Goldpreis 0.16% 1785.2 $
EUR/USD -0.16% 1.0452 $
TecDAX -2.07% 3048.21
MDAX -1.07% 25627.99
DAX -0.73% 14343.19
SDAX -1.66% 12325.5
Euro STOXX 50 -0.44% 3939.19
Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu
Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu / Foto: © AFP

Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu

Le fantasque milliardaire Elon Musk a défié lundi le président russe Vladimir Poutine dans un "combat d'homme à homme" avec comme enjeu l'Ukraine, théâtre d'une offensive de l'armée russe depuis près de trois semaines.

Textgröße:

"Par la présente, je défie Vladimir Poutine dans un combat d'homme à homme. L'enjeu est l'Ukraine", a écrit sur Twitter le fondateur de l'entreprise spatiale SpaceX, sans préciser la forme que prendrait ce duel.

"Acceptez-vous ce combat?", a-t-il demandé dans un autre message en russe, en s'adressant au compte Twitter officiel du Kremlin.

Et face à l'incompréhension d'une internaute, Elon Musk a assuré qu'il était "tout à fait sérieux".

Le milliardaire né en Afrique du Sud avait déjà apporté son soutien à Kiev, en tweetant "Ukraine, tiens bon" début mars, tout en adressant ses "amitiés au grand peuple de Russie, qui ne veut pas" la guerre.

Il a aussi répondu à un appel à l'aide d'un responsable ukrainien en activant le service internet par satellite Starlink en Ukraine et en y envoyant des équipements, pour aider à apporter une connexion internet aux zones frappées par les assauts de l'armée russe.

Le milliardaire est coutumier des polémiques sur Twitter, où il a plus de 77 millions d'abonnés.

En février, il avait accusé le régulateur de la Bourse américaine qui lui avait infligé plusieurs sanctions de chercher à museler sa liberté d'expression, et il avait comparé le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Adolf Hitler dans un message de soutien à des opposants aux restrictions sanitaires imposées par le gouvernement. Il avait ensuite effacé cette publication.

O.Lorenz--BTB