Berliner Tageblatt - En Gironde et près d'Avignon, d'importants incendies en cours et des fortes chaleurs

Euronext
AEX 0.1% 915.21
BEL20 -0.15% 3969.92
PX1 -0.09% 8094.97
ISEQ -0.49% 10071.84
OSEBX -0.11% 1423.46 kr
PSI20 -0.35% 6900.34
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 0.51% 2045.74
N150 0.36% 3509.44
En Gironde et près d'Avignon, d'importants incendies en cours et des fortes chaleurs
En Gironde et près d'Avignon, d'importants incendies en cours et des fortes chaleurs / Photo: © AFP

En Gironde et près d'Avignon, d'importants incendies en cours et des fortes chaleurs

Dans un contexte de fortes chaleurs sur la moitié sud du pays, les pompiers affrontent toujours deux feux de forêt agressifs en Gironde, avec plus de 5.000 hectares brûlés et plus de 10.000 personnes évacuées depuis mardi, et combattent désormais un incendie "virulent" près d'Avignon.

Taille du texte:

Quatre départements, dont le Vaucluse, ont été ajoutés jeudi aux sept, dont la Gironde, déjà placés en vigilance orange "canicule" par Météo-France en raison d'une intense vague de chaleur, la deuxième en un mois, qui s'est installée sur la France et devrait durer jusqu'à mardi.

Dans de nombreux lieux, les festivités du 14-Juillet ont été adaptées, voire annulées, à cause de la chaleur et des risques élevés d'incendie. Ainsi, tous les feux d'artifice ont ainsi été interdits jusqu'à lundi soir dans les Landes.

Dans la Gironde voisine, placée jeudi en vigilance rouge "feux de forêt", les deux incendies qui font rage depuis mardi, à La Teste-de-Buch (2.900 hectares brûlés), près d'Arcachon, et à Landiras (2.400 hectares), dans le sud du département, ne sont pas maîtrisés et ne le seront pas jeudi soir, d'après la préfète Fabienne Buccio.

Les deux incendies, qui mobilisent quelque 1.000 pompiers et dix aéronefs, n'ont pas fait de victime.

"La situation est défavorable avec un terrain difficile au sol, du vent, des fortes chaleurs et, avec la nuit qui arrive, l'impossibilité d'utiliser les moyens aériens", a déclaré la préfète, demandant aux vacanciers de ne pas approcher le secteur de la dune du Pilat, adossée à la forêt et fermée au public.

Le vent qui a tourné au sud en début d'après-midi a entraîné l'évacuation des 4.000 habitants du bourg et de la base militaire de Cazaux, enveloppés par un gros panache de fumée et des cendres en suspension.

- "Post-apocalyptique" -

"J'ai jamais vu ça et on a l'impression que c'est post-apocalyptique vraiment, ça tombe de partout, sur les voitures, c'est inquiétant, je sais pas si c'est brûlé ou pas", disait Karyn, une habitante, juste avant l'ordre d'évacuation préventive.

Selon le directeur des pompiers de Gironde Marc Vermeulen, la priorité pour la nuit sera de protéger des flammes les biens et les maisons de Cazaux.

Deux maisons ont toutefois été détruites et plusieurs sont menacées, a indiqué la préfecture en soirée.

Dans la nuit de mardi à mercredi, 6.000 personnes avaient été évacués de cinq campings proches de la dune du Pilat vers un parc des expositions. La très grande majorité a déjà quitté les lieux, a constaté une journaliste de l'AFP, la plupart étant rentrés chez eux ou ayant trouvé un hébergement ailleurs dans ce secteur très touristique.

Leur retour au camping pour récupérer leurs affaires est encore "absolument impossible", a toutefois déclaré le sous-préfet d'Arcachon Ronan Léaustic.

A Landiras, une zone peu peuplée, des hameaux ont dû être évacués jeudi et la situation est "très défavorable avec plusieurs réactivations de feux", selon la préfecture.

Au sud d'Avignon, vers Tarascon, un incendie parti vers 16h00 d'une ligne de chemin de fer régionale s'est propagé sur un petit massif calcaire recouvert principalement de pins et a rapidement parcouru environ 600 hectares, brûlant 300 hectares, ont indiqué les pompiers à l'AFP. Les 520 pompiers présents devaient être renforcés par 420 autres.

Le feu, "virulent" selon les secours, n'a touché aucune habitation et on ne dénombre aucun blessé. La fumée et les cendres arrivent jusqu'à Avignon, où le festival de théâtre bat son plein.

Selon Météo-France, les vagues de chaleur vont devenir "plus fréquentes, plus précoces et plus tardives", causant des étés "de plus en plus chauds, où 35 degrés sera la norme".

Pour les scientifiques, la multiplication, l'intensification et l'allongement des canicules, aggravés par les émissions de gaz à effet de serre, constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique.

E.Schubert--BTB