Berliner Tageblatt - Judith Godrèche attendue au Sénat pour parler des violences sexuelles

Euronext
AEX 0.96% 874.79
BEL20 0.71% 3890.71
PX1 0.81% 8105.78
ISEQ 1.05% 10066.68
OSEBX -0.03% 1339.8 kr
PSI20 1.19% 6592.89
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 2.98% 2093.61
N150 1.1% 3369.93
Judith Godrèche attendue au Sénat pour parler des violences sexuelles
Judith Godrèche attendue au Sénat pour parler des violences sexuelles / Photo: © AFP

Judith Godrèche attendue au Sénat pour parler des violences sexuelles

Des César au Sénat: l'actrice Judith Godrèche a rendez-vous jeudi dans le cadre solennel du Palais du Luxembourg, qui pourrait offrir un relais politique à son discours sur le silence entourant les jeunes victimes de violences sexuelles.

Taille du texte:

Depuis qu'elle a porté plainte contre les cinéastes Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des violences sexuelles lorsqu'elle était adolescente, l'actrice est devenue la figure de proue du mouvement de dénonciation de ces violences dans le cinéma.

Elle est attendue à 09H00 sous les ors de la chambre haute, devant les parlementaires de la délégation au droit des femmes, pour une audition d'1H30 retransmise sur Public Sénat.

Ces élus se sont penchés ces derniers mois sur l'accès à l'avortement, les abus dans l'industrie du porno ou encore les femmes sans-abri, multipliant les auditions. Ils recevront pour la première fois une artiste, a déclaré à l'AFP sa présidente, Dominique Vérien.

"L'idée n'est pas d'être voyeur et de la faire venir pour témoigner, mais de réfléchir à ce qu'il est possible de faire pour protéger" les enfants des violences sexuelles, a souligné la sénatrice centriste, qui espère qu'elle pourra "dénoncer un système, et ce qu'il se passe avec des mineurs livrés seuls à des réalisateurs qui en font ce qu'ils veulent".

L'actrice pourrait revenir sur les plus de 2.000 témoignages qu'elle dit avoir recueilli de victimes de violences depuis un appel qu'elle a lancé sur les réseaux sociaux. Et sur le "niveau d'impunité, de déni et de privilège" du milieu du cinéma, qu'elle dénonçait vendredi sur la scène de l'Olympia à Paris, pendant la 49e cérémonie des César.

- La voix d'une "punk" -

"Il faut se méfier des petites filles. Elles touchent le fond de la piscine, elles se cognent, elles se blessent mais elles rebondissent", avait-elle déclaré, qualifiant "les petites filles" de "punks" rêvant "à une possible révolution".

Une révolution #MeToo dont beaucoup estiment qu'elle reste à venir. Et que la "curieuse famille" du cinéma français, comme Judith Godrèche l'a qualifié, continue de tolérer des violences, sous couvert de création artistique.

Plus largement, les interventions de Judith Godrèche nourrissent l'espoir des mouvements féministes d'une plus vaste libération de la parole.

Elle a déjà incité plusieurs actrices à s'exprimer, comme Anna Mouglalis qui a accusé les cinéastes Philippe Garrel et Jacques Doillon de l'avoir agressée sexuellement, ou Isild Le Besco qui a dénoncé une "emprise destructrice" et des "violences" de la part MM. Jacquot et Doillon.

"L'espoir", c'est que Judith Godrèche "continue de mettre un tel coup de pied dans la fourmilière que ça ne retombe pas et que l'on remette enfin en cause la confusion entre liberté de création et liberté d'agir" à sa guise, espère Clémentine Charlemaine, co-présidente du collectif 50/50, en pointe sur ces questions.

L'audition au Sénat a aussi une dimension politique: les élus se sont jusqu'à présent tenus plutôt à l'écart du mouvement qui ébranle le cinéma français.

Avec des réactions parfois contradictoires: deux mois après que le président Macron a dit que Gérard Depardieu, mis en examen pour viols et agressions sexuelles, rendait "fière la France", sa nouvelle ministre de la Culture Rachida Dati a dénoncé samedi un "aveuglement collectif" qui "a duré des années" dans le milieu.

Du côté du Parlement, un amendement écologiste a été adopté mi-février par le Sénat pour permettre de retirer les aides publiques d'un film en cas de condamnation pénale pour agression sexuelle sur le tournage. La présidente de la délégation au droit des femmes, Dominique Vérien, n'exclut pas que l'audition de Judith Godrèche permette de lancer de nouvelles pistes législatives.

J.Fankhauser--BTB