Berliner Tageblatt - Danielle Gain, pour la 55e fois à Cannes dans l'ombre des stars

Euronext
AEX -0.11% 925.41
BEL20 -0.35% 3956.49
PX1 -0.72% 7651.64
ISEQ 0.63% 9500.88
OSEBX -0.47% 1410.46 kr
PSI20 -0.47% 6560.06
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 6.85% 2294.51
N150 -0.85% 3349.64
Danielle Gain, pour la 55e fois à Cannes dans l'ombre des stars
Danielle Gain, pour la 55e fois à Cannes dans l'ombre des stars / Photo: © AFP

Danielle Gain, pour la 55e fois à Cannes dans l'ombre des stars

Cinquante-cinq festivals au compteur et toujours aussi épatée: à 78 ans, Danielle Gain, qui a inspiré la gouailleuse Arlette dans la série "Dix pour cent", revient sur ses 1.000 souvenirs cannois dans "La Môme cinéma" (ed. JCLattès).

Taille du texte:

"Même si je n'ai aucun artiste à défendre, j'y vais !", confie-t-elle à l'AFP depuis un palace de la Croisette, son bureau 12 jours par an, loin de l'hôtel de ses débuts "avec douche sur le palier".

"Fille de prolos de Ménilmontant" nourrie au 7e art, devenue l'une des agentes les plus influentes avec une centaine de talents sous son aile, Danielle Gain a observé la transformation du festival "qui a gagné en importance et en prestige, ce qu'il a perdu en proximité et en intimité".

Malgré tout, l'agente d'Emilie Dequenne, Andréa Ferréol, Anny Duperey ne boude jamais son plaisir: "ce n'est pas la robe de soirée qui est la star du festival, mais la paire de chaussures !", au rythme des rendez-vous incessants sur les quatre kilomètres aller-retour de la Croisette.

En 1999, Danielle Gain avait prédit la Palme d'or à "Rosetta" des frères Dardenne. Bingo. Le prix d'interprétation féminine (ex-aequo) revient cette année-là à une inconnue: Emilie Dequenne, qui joue Rosetta et dont elle deviendra l'agente.

"J'ai été immédiatement épatée par son talent", confie Danielle Gain qui accompagne l'actrice cette année, de retour après la rémission d'un cancer.

"Le travail d'un agent est d'accompagner les comédiens dans leur carrière. Quand ils ne sont pas désirés, ils sont très malheureux... Je les aime pour cette fragilité et cette force finalement pour accepter des revers. Je tire mon chapeau à celui qui fera une star d'un mauvais acteur", relève l'agente qui a croisé aussi la route d'Isabelle Adjani, Julie Gayet ou Christophe Lambert.

- Deux Palmes d'or -

Fan à jamais de Guy Marchand, Danielle Gain campée par Liliane Rovère dans "Dix pour cent", a été aussi l'agente de Bernard Giraudeau, décédé en 2010.

"André Dussollier nous a présentés (...) Bernard avait envie d'un tournant dans sa carrière en cessant d'être le beau gosse aux yeux bleus...", raconte-t-elle. Virage réussi avec "Ridicule" de Patrice Leconte en 1996.

En 2008, l'agente accompagne François Bégaudeau à Cannes pour "Entre les murs" de Laurent Cantet, décédé en avril, un mois avant le coup d'envoi du 77e Festival.

Nouvelle Palme d'or, au tableau d'honneur de l'agence Cinéart.

Trois ans plus tôt, Danielle Gain est avec Sophie Marceau sur les marches quand une bretelle de la robe de l'actrice tombe, dévoilant un sein: "On dit qu'elle a fait exprès... Je peux attester que c'est un hasard total. Et les hasards, parfois, sont jolis".

A propos du mouvement MeToo, l'agente assure n'avoir jamais été confrontée à des agissements, "ni comme témoin ni comme victime": "Il y a eu des époques plus permissives que d'autres, c'est une évidence. J'aimerais tout de même que les mecs prennent la parole plus souvent pour affirmer qu'ils sont dans le même camp que nous...", dit-elle, rappelant que les violences sexuelles concernent tous les milieux.

B.Shevchenko--BTB