Berliner Tageblatt - Wall Street retrouve du tonus grâce au moral des consommateurs

Euronext
AEX 0.95% 944.91
BEL20 0.29% 4040.06
PX1 1.27% 7724.32
ISEQ -0.04% 9769.03
OSEBX 1.35% 1434.43 kr
PSI20 0.15% 6811.86
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 0.36% 2408.05
N150 0.54% 3395.27
Wall Street retrouve du tonus grâce au moral des consommateurs
Wall Street retrouve du tonus grâce au moral des consommateurs / Photo: © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Wall Street retrouve du tonus grâce au moral des consommateurs

La Bourse de New York a retrouvé du tonus à l'ouverture mercredi, dopée par des premiers résultats d'entreprises encourageants et par un meilleur moral des consommateurs avant les fêtes de fin d'année.

Taille du texte:

Vers 15H10 GMT, le Dow Jones grimpait de 1,16%, le Nasdaq avançait de 1,07% tout comme le S&P 500.

Mardi, les indices avaient timidement terminé dans le vert après quatre séances de baisse.

L'indice Dow Jones avait avancé de 0,28% à 32.849,74 points, le Nasdaq, à dominante technologique, était resté stable terminant à 10.547,11 points (+0,01%) et l'indice élargi S&P 500 avait grappillé 0,10% à 3.821,62 points.

L'action Nike caracolait en hausse de 13,56% à 117,21 dollars, les investisseurs célébrant des résultats bien meilleurs que prévu au 2e trimestre pour l'équimentier sportif.

La marque, qui souffrait d'un inventaire trop volumineux, a en partie écoulé ses stocks tout en parvenant à faire grimper son chiffre d'affaires de 17%, plus que ne s'y attendaient les analystes.

Grâce à "une action stratégique sur les prix" de ses produits, le groupe a dégagé un bénéfice par action de 0,85 dollar, contre 0,65 dollar anticipé par les analystes, ce qui suscitait l'optimisme des investisseurs pour la saison des résultats à venir bien que le spectre d'une récession demeure présent.

L'action de Fedex sortait également du lot, grimpant de 4% à 170,80 dollars. Le transporteur express a annoncé mardi après la clôture de nouvelles mesures d'économies qui doivent lui permettre de compenser un ralentissement de son activité.

Il prévoit désormais une contraction de ses coûts de 3,7 milliards de dollars pour l'ensemble de son exercice décalé 2023, qui s'achèvera fin mai, ce qui était salué par les investisseurs.

"La réponse positive du marché par rapport à ces premiers résultats d'entreprises est paradoxale car elle relève de perspectives totalement différentes", observait Patrick O'Hare de Briefing.com.

"Dans le cas de Nike, cela tient au fait que la demande pour ses produits est toujours forte et que ses problèmes d'inventaires sont derrière elle", soulignait l'analyste.

"Dans le cas de Fedex, c'est plutôt enraciné dans la volonté de l'entreprise de préserver ses marges en réduisant encore davantage ses coûts", a-t-il ajouté.

- Le moral des consommateurs remonte -

Sur le front des indicateurs, le marché immobilier continuait de faire grise mine avec des reventes de logements en repli pour le 10e mois d'affilée. Le marché des logements anciens a ainsi reculé de 7,7% en novembre par rapport à octobre, une évolution pire que prévu.

Il est en chute de 35,4% sur un an, principalement à cause de la hausse des taux d'intérêt qui décourage les acheteurs de souscrire des prêts immobiliers.

Les investisseurs ont en revanche apprécié l'indice de confiance des consommateurs pour décembre, publié une demi-heure après l'ouverture.

L'enquête, réalisée par le Conference Board, montre un rebondissement plus fort qu'attendu du moral des consommateurs à 108,3 points contre 101,4 points en novembre, un sommet depuis avril.

A la cote, l'action Tesla, qui avait touché un nouveau plus bas depuis un an mardi (-8%) au milieu de la cacophonie sur les intentions d'Elon Musk par rapport à Twitter, reprenait un peu d'allant mercredi (+1,97%).

Elon Musk a effet annoncé mardi soir quitter la tête de Twitter dès lors qu'il aura "trouvé quelqu'un d'assez fou" pour lui succéder.

Le propriétaire de la plateforme de microblogging a ainsi réagi au résultat du sondage qu'il avait lui-même initié lundi sur Twitter, demandant s'il devait quitter la tête de l'entreprise ou non, 57% des 17 millions de votants répondant par l'affirmative.

En trois mois, le titre du constructeur de véhicules électriques avait perdu près de 55% de sa valeur à Wall Street, et plus de 33% depuis le rachat de Twitter.

A.Gasser--BTB