Berliner Tageblatt - Après une reconduction matinale, les raffineurs décident mercredi de la suite de leur mouvement

Euronext
AEX 0.95% 944.91
BEL20 0.29% 4040.06
PX1 1.27% 7724.32
ISEQ -0.04% 9769.03
OSEBX 1.35% 1434.43 kr
PSI20 0.15% 6811.86
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 0.36% 2408.05
N150 0.54% 3395.27
Après une reconduction matinale, les raffineurs décident mercredi de la suite de leur mouvement
Après une reconduction matinale, les raffineurs décident mercredi de la suite de leur mouvement / Photo: © AFP

Après une reconduction matinale, les raffineurs décident mercredi de la suite de leur mouvement

Après trois semaines de grève, une augmentation salariale jugée trop faible par la CGT et une mobilisation nationale en demi-teinte, les grévistes matinaux des sites pétroliers de TotalEnergies ont reconduit leur mouvement mercredi, mais des assemblées générales décideront à la mi-journée de la suite d'une mobilisation qui continue de générer des pénuries d'essence en France.

Taille du texte:

Dans le pays, un nombre conséquent de stations-service étaient toujours en manque d'essence ou de diesel, près d'une sur quatre, selon la Première ministre Elisabeth Borne. Seules trois des sept raffineries françaises ne sont pas touchées par la grève, mais pour faire face, le gouvernement a rouvert les vannes de sites bloqués à l'aide de réquisitions de salariés, la dernière visant de nouveau le site de TotalEnergies à Feyzin dans le Rhône mercredi matin, selon Eric Sellini, coordinateur CGT.

Mardi soir, à l'issue d'une journée de grèves et de manifestations dans tout le pays, la CGT a proposé la "reconduction du mouvement" des raffineries initié le 27 septembre jusqu'à mercredi en mi-journée, moment où se tiendront les nouvelles assemblées générales.

Comme prévu, les grévistes ont voté mercredi matin la reconduction à la raffinerie de Gonfreville en Normandie, a indiqué à l'AFP le secrétaire général CGT Total Normandie Alexis Antonioli.

La reconduction matinale concernait également les raffineries et dépôts de TotalEnergies de La Mède, Feyzin (le dépôt, la raffinerie étant à l'arrêt pour raison technique) et Flandres (dépôt), a confirmé Eric Sellini.

Selon Olivier Mateu, secrétaire départemental CGT des Bouches du Rhône, "rien n'est décidé" pour la suite. "Ce sont les salariés qui décideront", insiste Eric Sellini.

"Au-delà des raffineurs et des 14.000 salariés de TotalEnergies, nous portons aussi la voix de ceux qui souffrent du fait que les salaires ne suivent pas l'inflation et qui voient l'hiver arriver avec des promesses de hausse sur les prix de l'énergie ou de l'alimentation", a fait valoir M. Sellini.

- Accord de branche -

Au total, 107.000 personnes ont d'ailleurs manifesté mardi en France pour demander de meilleurs salaires selon le ministère de l'Intérieur, "près de 300.000" selon la CGT. Lors de la précédente journée du même type, la CGT avait dénombré moins de participants (250.000), mais l'Intérieur davantage (118.500).

Dans le reste du secteur de l'énergie, la CGT a signé un accord de branche avec FO et la CFDT portant sur des augmentations dans les industries gazières et électriques (IEG), a-t-on appris mardi de sources concordantes. Ce qui constitue une première étape pour l'ouverture de négociations salariales en bonne et due forme dans les 157 entreprises concernées dont EDF et Engie.

Chez TotalEnergies, qui relève du secteur de la chimie au sein des organisations professionnelles, la CGT n'a pas signé l'accord salarial conclu vendredi entre la direction et les deux syndicats majoritaires, la CFE-CGC et la CFDT.

L'accord prévoit une hausse générale de 5% des salaires, assortie de hausses individuelles et d'une prime exceptionnelle comprise entre 3.000 et 6.000 euros. La CGT réclamait 10% pour compenser l'inflation et profiter des revenus exceptionnels engrangés par le groupe en 2021.

bur-im-nal-mac/ak/ico/vk

M.Ouellet--BTB