Berliner Tageblatt - Chili: arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir causé un incendie qui a fait 137 morts en février

Euronext
AEX 0.03% 926.64
BEL20 -0.28% 3959.1
PX1 -0.57% 7662.3
ISEQ 0.79% 9516.12
OSEBX -0.47% 1410.46 kr
PSI20 -0.36% 6567.39
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 3.49% 2374.6
N150 -0.86% 3349.24
Chili: arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir causé un incendie qui a fait 137 morts en février
Chili: arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir causé un incendie qui a fait 137 morts en février / Photo: © AFP/Archives

Chili: arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir causé un incendie qui a fait 137 morts en février

Un pompier et un fonctionnaire des forêts ont été arrêtés vendredi au Chili, soupçonnés d'être à l'origine de l’incendie qui a fait 137 morts début février dans la ville touristique de Viña del Mar et qui avait bouleversé le pays.

Taille du texte:

"Un mandat d’arrêt a été délivré aujourd’hui à l'encontre de l’auteur des incendies qui se sont produits en février dans la région de Valparaiso", où se situe la ville de Viña del Mar, a déclaré le directeur de la police Eduardo Cerna, dans une conférence de presse organisée à l'issue de l’enquête.

Un peu plus tard, le parquet régional de Valparaiso a confirmé l'arrestation d'une deuxième personne: un fonctionnaire de la Corporation nationale des forêts (Conaf), l'organisme chargé de la lutte contre les incendies de forêt et de la gestion des parcs nationaux.

Les deux hommes doivent être placés en détention provisoire samedi pour incendie volontaire ayant entraîné la mort.

Selon le parquet, l'incendie est parti le 2 février de petits feux simultanés qui se sont déclarés près du lac Peñuelas, situé à proximité des villes touristiques de Viña del Mar et de Valparaiso, dans le centre du Chili.

- Faits reconstitués -

Les flammes se sont rapidement propagées en raison de la chaleur et des rafales de vent. Au total, 137 personnes sont mortes et 16.000 ont été touchées.

Selon des médias locaux, cet homme de 22 ans avait intégré il y a un an et demi le corps des pompiers, qui est composé de volontaires au Chili.

"Nous sommes complètement dévastés par ce qui s'est produit, c'est un incident complètement isolé (...) nous nous occupons de Valparaiso depuis plus de 170 ans et nous ne pouvons pas permettre de telles choses", a déclaré à la presse Vicente Maggiolo, commandant de la 13e compagnie de pompiers de la ville de Valparaiso.

Selon Ivan Navarro, commissaire de la Bridage chargée d'enquêter sur les délits commis à l'encontre de l'environnement (Bidena), les enquêteurs ont pu reconstituer exactement ce qu'a fait le pompier arrêté avant, pendant et après l'incendie.

"Nous avons pu déterminer les endroits exacts où les incendies se sont déclarés et trouver l'engin à l'origine de ces incendies", a-t-il ajouté.

Nous avons également pu déterminer la participation d'un deuxième sujet, accusé d'être le cerveau de l'affaire.

"Il lui a fourni les connaissances nécessaires pour créer ces dispositifs et lui a également indiqué les moments exacts où il devait opérer pour que l'incendie fasse plus de dégâts", a ajouté M. Navarro.

- Preuves chez le suspect -

Dès le début, les autorités locales ont affirmé qu'il s'agissait un incendie criminel.

"Tous les habitants de Viña del Mar savaient qu'il s'agissait d'un acte volontaire (...) et aujourd'hui nous pouvons avoir ce degré de certitude", a déclaré la maire de cette ville, Macarena Ripamonti.

Les pompiers n'ont pas réussi à éteindre l'incendie en raison de l'absence de routes ou parce qu'ils se sont retrouvés bloqués dans les accès étroits à la ville.

"Il y a eu environ quatre foyers, équidistants les uns des autres", a déclaré Osvaldo Ossandón, un procureur spécialisé dans les incendies.

Des éléments avec lesquels il a allumé le feu ont été retrouvés dans la maison du suspect arrêté et une enquête est en cours pour déterminer s'il a été impliqué dans d'autres incendies antérieurs, a ajouté le procureur.

Cette arrestation constitue "un acte de justice (...) pour ceux qui ont perdu la vie dans l'incendie, pour leurs familles, pour ceux qui ont perdu tous leurs biens, leur travail et qui se battent encore aujourd'hui", a déclaré la ministre de l'Intérieur, Carolina Toha.

L.Janezki--BTB