Berliner Tageblatt - Moscou dit avoir reconquis l'une des rares localités libérées par Kiev en 2023

Euronext
AEX -0.64% 918.72
BEL20 -0.92% 3833.37
PX1 -2.66% 7503.27
ISEQ -1.72% 9386.26
OSEBX -0.61% 1391.56 kr
PSI20 -0.42% 6538.23
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK -0.4% 2098.54
N150 -2.29% 3288.5
Moscou dit avoir reconquis l'une des rares localités libérées par Kiev en 2023
Moscou dit avoir reconquis l'une des rares localités libérées par Kiev en 2023 / Photo: © Telegram / @synegubov/AFP

Moscou dit avoir reconquis l'une des rares localités libérées par Kiev en 2023

La Russie a revendiqué mercredi la prise de Klichtchiïvka, dans l'est de l'Ukraine, l'une des rares localités que l'armée ukrainienne avait reconquises au cours de son offensive de l'été 2023, qui avait finalement échoué.

Taille du texte:

Les forces ukrainiennes sont sur la défensive depuis cet échec et manquent de soldats et d'armements, une situation accentuée par les multiples retards de l'aide militaire promise par les Occidentaux, dont les Américains.

En face, les troupes russes ont repris l'initiative et effectuent une lente poussée sur le front oriental, où elles ont enregistré des succès tactiques et se sont emparées d'une série de localités, notamment de la ville-forteresse d'Avdiïvka, en février.

Cette avancée, au prix de lourdes pertes, ne leur a toutefois pas permis, pour l'heure, de réaliser une véritable percée.

C'est dans cette dynamique que la Russie a annoncé mercredi avoir conquis le village de Klichtchiïvka, en ruines, situé dans la région de Donetsk, à environ 5 km au sud de Bakhmout, une ville détruite par les combats et tombée aux mains des Russes en mai 2023 après une bataille de dix mois.

"Les unités du groupe Sud, après des opérations actives, ont libéré la localité de Klichtchiïvka", a déclaré le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.

Kiev avait annoncé la reconquête de ce village en septembre 2023, pendant sa grande offensive estivale destinée à enfoncer le front dans l'est et le sud, avec l'aide d'armes occidentales, mais qui s'est écrasée sur les défenses russes.

Le 15 mai, Moscou avait également affirmé avoir repris, dans le sud, Robotyné, une localité - complètement détruite - symbolique car elle avait aussi été l'une des rares à avoir été enlevées au cours de cette offensive.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a souligné mardi soir que des combats difficiles avaient surtout lieu dans la région de Donetsk.

Le situation dans "le secteur de Pokrovsk et d'autres secteurs de la région de Donetsk - Kramatorsk, Kourakhové - reste extrêmement difficile, la majeure partie des combats s'y déroule actuellement", a-t-il noté.

- Nouvelle frappe à Kharkiv -

L'armée ukrainienne, affaiblie, doit aussi faire face, depuis le 10 mai, à une offensive russe dans la région de Kharkiv (nord-est), où elle a dû dépêcher de précieux renforts.

Mercredi, une attaque de drone sur une voiture de police "en route pour secourir des civils" a provoqué, selon Kiev, la mort d'un policier ukrainien tandis qu'un autre a été blessé, à Vovtchansk, une ville au coeur des affrontements dans cette zone.

La veille au soir, Volodymyr Zelensky a affirmé que l'armée ukrainienne avait obtenu des "résultats tangibles" face à cette offensive, même si les combats se poursuivent.

Précédemment, il avait estimé qu'il pourrait s'agir de la "première vague" d'une offensive plus large, pour s'emparer, entre autres, de Kharkiv.

Mercredi, deux frappes aériennes sur cette ville, la deuxième d'Ukraine, ont fait au moins 11 blessés parmi les civils, a déclaré le parquet régional sur Telegram.

Il a souligné qu'un projectile était tombé devant l'entrée d'un café dans le quartier Chevtchenkivsky, dans le nord de Kharkiv, blessant dix personnes, dont l'une, un conducteur de trolleybus, a eu les deux jambes amputées.

Une onzième personne, une femme de 42 ans, a été blessée dans le quartier Kholodnohirsky, dans l'est de cette cité, par une bombe qui a détruit une entreprise civile, toujours selon le parquet.

- Deux civils tués côté russe -

La région de Kharkiv, en partie conquise par Moscou au début de son invasion, avait été quasiment entièrement libérée par une contre-offensive ukrainienne à l'automne 2022.

Un responsable de l'administration russe dans la région, Vitali Gantchev, cité par l'agence de presse russe TASS, a assuré mercredi que Moscou y contrôlait 49 localités, dont 13 dans la zone septentrionale visée par l'offensive en cours, les 36 autres étant plus à l'est dans le district de Koupiansk.

Le président Vladimir Poutine a affirmé que l'objectif de cette attaque était de créer une "zone tampon" en territoire ukrainien pour mettre fin aux frappes sur les zones russes frontalières, que l'Ukraine effectue en réplique aux bombardements massifs qui l'endeuillent depuis plus de deux ans.

Mercredi, un homme a été tué et deux personnes blessées par des éclats de drones ukrainiens abattus au-dessus d'une de ces zones, la région de Belgorod, selon son gouverneur Viatcheslav Gladkov.

Par ailleurs, une personne a péri et deux autres ont été blessées à Lyssytchansk, une ville occupée par les soldats russes dans la région orientale ukrainienne de Lougansk, à la suite de tirs des forces armées ukrainiennes, selon une source dans les services d'urgence, citée par TASS.

T.Bondarenko--BTB