Berliner Tageblatt - Blinken en Moldavie pour en soutenir les aspirations occidentales face à la Russie

Euronext
AEX 0.48% 923.12
BEL20 -0.01% 3832.88
PX1 0.91% 7571.57
ISEQ 0.48% 9431.73
OSEBX 0.15% 1393.52 kr
PSI20 -0.28% 6519.97
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK -1.48% 2067.57
N150 0.29% 3298.18
Blinken en Moldavie pour en soutenir les aspirations occidentales face à la Russie
Blinken en Moldavie pour en soutenir les aspirations occidentales face à la Russie / Photo: © AFP

Blinken en Moldavie pour en soutenir les aspirations occidentales face à la Russie

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken est arrivé mercredi en Moldavie pour marquer son soutien aux aspirations occidentales de ce pays frontalier de l'UE et de l'Ukraine, au moment où Washington s'inquiète des avancées russes dans la région.

Taille du texte:

Moscou engrange des victoires sur le champ de bataille, ravivant le débat concernant la possibilité accordée à l'Ukraine d'utiliser ou non des armes occidentales contre le territoire russe.

Le Kremlin semble aussi marquer des points en Géorgie, autre ancienne république soviétique qui a adopté définitivement mardi une loi sur "l'influence étrangère", inspirée d'une législation répressive russe.

Au cours de sa visite de quelques heures en Moldavie, le chef de la diplomatie américaine doit annoncer "un ensemble solide de mesures de soutien", a annoncé Jim O'Brien, chargé de l'Europe au sein du département d'Etat.

Outre un volet énergétique pour aider Chisinau à réduire sa dépendance à Moscou, elles visent à renforcer la démocratie et la lutte contre la désinformation avant des élections décisives en octobre dans le pays, l'un des plus pauvres d'Europe.

- Attaques hybrides -

Longtemps dans l'orbite du Kremlin, la Moldavie a entamé un virage vers l'ouest sous l'actuelle présidence de Maia Sandu, élue en 2020 et candidate à sa réélection.

La dirigeante accuse régulièrement Moscou de chercher à déstabiliser son pays via des attaques hybrides, particulièrement à l'approche du scrutin du 20 octobre.

Un référendum sur l'adhésion à l'Union européenne (UE) doit être organisé en même temps, les 27 ayant donné leur feu vert à l'ouverture de négociations avec ce pays majoritairement roumanophone de 2,6 millions d'habitants.

Antony Blinken entame sa visite par des discussions avec Maia Sandu, avant une conférence de presse à 17H30 (14H30 GMT).

M. O'Brien a qualifié le bilan de la présidente de "réussite", malgré "les opérations agressives dont elle a été la cible dès son entrée en fonction" après une très large victoire en 2020.

"Nous voulons que le peuple moldave se prononce dans un environnement libre et équitable avec le moins d'interférences possible", a déclaré M. O'Brien à la presse.

Des troupes russes sont stationnées depuis des décennies dans la région séparatiste de Transdniestrie en Moldavie, dont les dirigeants ont appelé fin février à la "protection de Moscou".

"Alors que certains font tout pour nous mettre en difficulté, d'autres nous tendent une main amicale et nous en sommes extrêmement reconnaissants", a commenté le ministre moldave des Affaires étrangères Mihai Popsoi, qui a accueilli son hologue américain sur le tarmac.

Il a qualifié ce voyage de nouveau "signal fort", la première visite de M. Blinken ayant eu lieu quelques semaines après le début de l'offensive russe en Ukraine, alors que les craintes d'extension du conflit étaient vives.

- "De retour à l'ordre du jour" -

Il s'agissait alors d'un geste intervenant dans une période "d'alerte extrême", rappelle Andrei Curararu, expert en sécurité et cofondateur de WatchDog.md, un groupe de réflexion moldave.

Aujourd'hui, "une visite à ce niveau indique que la Moldavie est de retour dans l'ordre du jour des Etats-Unis, en raison des risques pour la sécurité nationale" moldave que la situation actuelle engendre selon lui.

Une semaine après la signature par l'UE d'un pacte de défense et de sécurité avec Chisinau, elle pourrait jeter les bases d'un accord bilatéral similaire avec les Etats-Unis.

Les autorités américaines disent ne plus voir de menace imminente concernant les 1.500 soldats russes basés en Transdniestrie, mais ajoutent ne vouloir prendre aucun risque, alors que le Kremlin a ordonné un assaut dans la région de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine) il y a deux semaines.

Le président russe Vladimir Poutine espère prendre l'avantage avant que les armes envoyées par les Etats-Unis pour aider Kiev à repousser l'offensive n'arrivent sur le front, après avoir été retenues pendant des mois par des querelles politiques intestines.

Le temps presse à l'approche des élections américaines de novembre, le candidat républicain Donald Trump ayant évoqué sa volonté de conclure un accord sur l'Ukraine avec le président russe.

Après Chisinau, Antony Blinken s'envolera dans la soirée pour Prague où se tient une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan pour préparer le 75e anniversaire de l'Alliance atlantique à Washington en juillet.

burs-sct/bg/anb/lpt

W.Lapointe--BTB