Berliner Tageblatt - Ligue des champions: Naples, autopsie de sept mois de chute

Euronext
AEX 0.08% 865.97
BEL20 0.83% 3826.01
PX1 0.57% 8027.37
ISEQ 1.03% 9929.61
OSEBX -0.38% 1342.62 kr
PSI20 1.63% 6336.22
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK -1.83% 2042.5
N150 0.31% 3336.57
Ligue des champions: Naples, autopsie de sept mois de chute
Ligue des champions: Naples, autopsie de sept mois de chute / Photo: © AFP/Archives

Ligue des champions: Naples, autopsie de sept mois de chute

Si le FC Barcelone est un champion d'Espagne bien pâle, que dire de Naples, son adversaire des 8e de finale de la Ligue des champions: 48 heures avant le match aller de mercredi, le Napoli a fait le pari insensé de changer d'entraîneur pour la 3e fois depuis juillet.

Taille du texte:

Il y a tout juste un an, Naples survolait la Serie A et faisait trembler le reste de l'Europe.

La saison d'après est catastrophique: avant de défier le Barça, le champion d'Italie est coincé en milieu de tableau (9e à 27 points de l'Inter), a été éliminé de la Coupe d'Italie et sera sans doute sevré de trophée après sa défaite en finale de la Super Coupe d'Italie.

. Garcia, Mazzarri et maintenant Calzona, l'impossible succession

Si le Barça, 3e de la Liga à huit points du Real Madrid, devra trouver un successeur à Xavi en fin de saison, Naples n'a toujours pas réglé la question de son entraîneur, ouverte par le départ de Luciano Spalletti, l'homme du sacre 2023 qui a souhaité prendre du recul, avant de devenir cet été sélectionneur de l'Italie.

L'omniprésent président-propriétaire de Naples, Aurelio De Laurentiis, reconnaît une erreur dans la gestion de ce dossier, non pas en nommant Rudi Garcia en juillet 2023, mais en laissant partir Spalletti.

"J'aurais dû lui dire +Tu as signé un contrat il y a deux ans, tu continues+. C'est l'erreur qui a déclenché toutes les autres", a expliqué fin janvier le producteur de cinéma.

Garcia a tenu quatre mois, avant d'être licencié mi-novembre pour laisser la place à un ancien de la maison, Walter Mazzarri.

L'entraîneur italien, dépassé par les événements, a été remercié lundi, avec un bilan plus mauvais que son prédécesseur français (1,25 point par match en championnat, contre 1,75 à Garcia).

C'est maintenant Francesco Calzona, un entraîneur italien habitué aux seconds rôles comme adjoint à Naples déjà, Empoli ou Cagliari, qui doit répondre aux attentes sans doute irréalistes des tifosi napolitains et de De Laurentiis.

Sélectionneur de la Slovaquie, avec qui il disputera l'Euro-2024, Calzona est accompagné par d'autres anciens membres du staff de Spalletti. Mais il n'a qu'une séance d'entraînement mardi pour préparer le choc contre le Barça.

. Osimhen, dernière danse sans rythme

Très convoité l'été dernier, Victor Osimhen est reparti avec le Napoli dans un groupe quasiment inchangé.

Mais l'attaquant masqué n'a disputé que 13 des 24 matches de championnat. La faute à une longue absence sur blessure puis à la Coupe d'Afrique des nations.

Avec sept buts en Serie A (plus un en C1), il est loin des 26 "pions" de la saison dernière qui lui ont valu le titre de meilleur buteur.

En tribunes samedi après un retour retardé et mouvementé à Naples, Osimhem devrait revêtir le maillot napolitain mercredi pour la première fois depuis deux mois !

Le Nigérian qui a prolongé son contrat fin décembre, semble déjà avoir la tête ailleurs: il quittera Naples cet été "pour le Real Madrid, ou le Paris SG ou un club anglais", a reconnu son président.

. La malédiction du stade Diego-Armando-Maradona

Naples peut rentrer dans l'histoire de la Serie A, en réalisant la... pire saison d'un champion en titre.

Depuis l'instauration de la victoire à trois points, en 1994-95, ce "titre" est détenu par l'AC Milan cuvée 1996-97 qui avait terminé 11e.

Après la 25e journée, le Milan de Marcel Desailly et Roberto Baggio était 7e avec 36 points, soit le même nombre de points que le Napoli de cette saison, qui a toutefois disputé un match de moins.

Le bilan du Napoli est plombé par ses fragilités devant son public: il a laissé échapper 18 points (sur 36) à domicile en concédant cinq défaites dans son stade, sept toutes compétitions confondues en incluant une déroute 4 à 0 en Coupe d'Italie face à la modeste équipe de Frosinone.

Les supporters napolitains redoutent un nouvelle épisode de cette malédiction mercredi.

B.Shevchenko--BTB