Berliner Tageblatt - L'Atalanta fait tomber Leverkusen grâce à un triplé de Lookman et remporte la Ligue Europa

Euronext
AEX -0.64% 918.72
BEL20 -0.92% 3833.37
PX1 -2.66% 7503.27
ISEQ -1.72% 9386.26
OSEBX -0.61% 1391.56 kr
PSI20 -0.42% 6538.23
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK -0.4% 2098.54
N150 -2.29% 3288.5
L'Atalanta fait tomber Leverkusen grâce à un triplé de Lookman et remporte la Ligue Europa
L'Atalanta fait tomber Leverkusen grâce à un triplé de Lookman et remporte la Ligue Europa / Photo: © AFP

L'Atalanta fait tomber Leverkusen grâce à un triplé de Lookman et remporte la Ligue Europa

Ils sont venus à bout des "invincibles". L'Atalanta Bergame a déjoué les pronostics pour s'offrir la Ligue Europa mercredi à Dublin en surclassant 3-0 le Bayer Leverkusen, pourtant invaincu cette saison, grâce à un triplé d'Ademola Lookman.

Taille du texte:

Après une coupe d'Italie décrochée en 1963, c'est le deuxième trophée de l'histoire du club italien, en constante progression depuis 2016 et l'arrivée de son entraîneur Gian Piero Gasperini qui l'a patiemment construit.

Le Bayer Leverkusen, quant à lui, irrésistible depuis le début de saison, sacré champion d'Allemagne sans avoir perdu une seule rencontre, est privé avec ce premier revers de l'année d'un triplé historique.

Les hommes de Xabi Alonso, invaincus jusqu'à mercredi en 51 matches toutes compétitions confondues, ne peuvent pas s'apitoyer sur leur sort: dès samedi, ils disputeront la finale de la Coupe d'Allemagne face à Kaiserslautern, un club de deuxième division, pour clore sur une meilleure note une saison record.

Mais à Dublin face à l'Atalanta, ils n'avaient ni les jambes, ni agressivité nécessaires pour répondre à l'intensité proposée par les Italiens. Même leur résilience à toute épreuve, leur ayant permis de renverser les situations les plus désespérées en fin de rencontres cette saison, leur a manqué mercredi.

L'Atalanta, au contraire, auteure d'une superbe saison également, d'ores et déjà qualifiée pour la quatrième Ligue des champions de son histoire, mais qui marquait sérieusement le pas après un marathon de 14 matches depuis le 3 avril, a retrouvé l'énergie nécessaire au meilleur des moments.

"Il faut retrouver de la fraîcheur physique mais aussi mentale", plaidait avant la finale son entraîneur Gian Piero Gasperini, artisan d'une équipe sans grands moyens, qui vient, en remportant la Ligue Europa, de traduire en titre la belle réputation dont elle jouissait en Europe.

- Festival Lookman -

Sur la pelouse de l'Aviva Stadium, Gasperini a été entendu par son ailier nigérian Ademola Lookman, auteur des trois buts de son équipe.

Dès la 12e minute, après un corner mal dégagé par la défense allemande, le virevoltant attaquant a surgi devant Exequiel Palacios, trop passif, pour reprendre au second poteau un centre de Davide Zappacosta (1-0).

Toujours en première période, après une perte de balle du Bayer Leverkusen, servi sur la gauche, à une trentaine de mètres du but, Lookman s'est remis sur son pied droit en effaçant Granit Xhaka d'un petit pont avant d'enrouler une frappe puissante au ras du poteau de Kovar (2-0, 26e).

Puis en seconde période, alors que Leverkusen poussait, Gianluca Scamacca a mené un contre plein centre sans être attaqué avant de décaler Lookman. Insaisissable, le Nigérian a effacé facilement Edmond Tapsoba avant de conclure en force d'une nouvelle frappe croisée, du gauche cette fois, son troisième but de la soirée (75e).

Son triplé consacre un club en pleine ascension. Il sanctifie sa propre résurrection.

Errant de club en club ces dernières saisons, Lookman a trouvé grâce à Bergame et Gasperini, passé expert pour relancer des joueurs en mal de confiance, l'endroit où exprimer tout son talent.

Totalement retrouvé cette saison, il a déjà brillé à la Coupe d'Afrique des Nations, contribuant largement à mener le Nigeria jusqu'en finale. Il avait notamment inscrit un doublé en 1/8e de finale face au Cameroun.

Il a donc forcé plus encore son talent en finale de la Ligue Europa en inscrivant un but supplémentaire et mené son équipe sur le toit de l'Europe. Il fallait au moins cela pour venir à bout des Invincibles.

G.Schulte--BTB